Portrait Vanessa Atlan 100 dpi.jpg

Statement

Mon travail est une recherche, une réponse à la réalité que j’observe, dont la Méditerranée et l’Ouest américain sont l’une des trajectoires. Mes photographies, peintures, collages ou textes s’assemblent sous forme d’albums, fictions et diaries.

Une plage de Méditerranée, le Vésuve ou les rues de Los Angeles sont la toile de fond de décors de films dont je veux photographier chaque scène, en peindre les motifs, enregistrer les sons, en raconter l’histoire. Influencée par le grain et les rythmes des films de Cassavetes ou par le noir et blanc de Giacomelli, je recompose mon travail, assemble mes images, en accentue les contrastes et le graphisme. Mes photos deviennent les albums de musique de Wonderland Stereo, des bandes originales de films qui n’existent pas et les aquarelles de mes Diaries. Un cowboy le matin sur Hollywood Blvd, ou la vendeuse du CVS, les personnages de mes poèmes.

La radio, le chant des coyotes ou les bruits d’hélicoptères que j’enregistre s’assemblent en collage. A Tanger, là où l’Atlantique rejoint la Méditerranée, je lis Paul Bowles pour y entendre le chant des berbères. Je peins des fleurs, des mosaïques, la ville bleue que je n’ai pas encore vue et les mustangs sauvages qui courent dans les plaines. Je découpe mes aquarelles et les recompose sous forme de motifs, un ciel de Californie, des ailes d’oiseaux, des filaments de soleil, les éléments du désert. Mes recherches esthétiques formelles sont toujours une réponse à une émotion, une tension, un désir, dont chaque séquence de mon travail en est le la trace ou le fragment.

Vanessa Atlan