« Et on applaudit à côté. « Sté to serro e ti ! » dit l’homme en criant fort. Des bruits d’avion par la fenêtre, au loin, des klaxons. Un bébé pleure. Black hole. Puis ciel bleu. Au matin, quelqu’un siffle et siffle encore. Et le chant des mouettes par la fenêtre. Minutes suivantes. Dédale. Désorientation. « Eh taxi ! Vorrei una bella vista de Napoli per favore ! » Opacité. Nuit. 3200 Asa. Accumulation. Antennes, ordures, pizze, scooters, chats, chiens, suspects, églises-pièces-montées, phares. Lumière éblouissante. A droite, Capri. Le Vésuve comme une ombre portée dans le ciel. Errance. Solitude en voie d’être apprivoisée. Gris, puis noirs, néons. Bruits de pétards, feux d’artifice. Un prisonnier vient d’être libéré me dit-on. Ellipse. Le bus Pullman passe devant le Duomo. Chacun se signe et poursuit sa route."